Les homophones du jour

La langue française regorge d’homophones qui ne simplifient pas la tâche, qui n’a rien à voir avec la tache (la saleté).
La ballade est un poème quand la balade est une promenade.
La cane aime ses canetons mais pas la canne (le bâton).
Il ne faut pas confondre la pause déjeuner et la pose devant l’objectif.
Le sceau du roi, n’a rien à voir avec le sot du village, le seau d’eau et le saut à l’élastique. 
Le ver est dans le fruit vert alors que la pantoufle de Cendrillon, même vers minuit, est en vair.
La cloche tinte mais le peintre teinte son tableau de bleu.
La tomme de Savoie, n’est pas le tome du livre.
Et il y en a encore beaucoup comme cela…
À vous d’enrichir la liste.

Le truc du jour


Lu dans M, le monde magazine ce matin, un article dans lequel la journaliste, écrivait :

« … Il a fêté les 1 ans… »
En français, 1 est singulier, le pluriel commence à 2.
Ainsi nous écrirons 1, 5 million et non pas 1,5 millions. »

Le saviez-vous?

DÉLICE – AMOUR – ORGUE


Trois mots masculins qui deviennent féminins au pluriel…
Magie, ou simplicité de la langue française!

Ils filent le parfait amour, mais ce ne sont pas leurs premières amours.
C’est un délice que de déguster ces délices raffinées de la gastronomie.

« Écoute les orgueselles jouent pour toi, il est terrible cet air-là, j’espère que tu aimes ». Serge Gainsbourg, Requiem pour un con


Le truc du jour

Jeudi 31 janvier

Le mot Espèce est du genre féminin et cela ne change pas quel que soit le complément qui suit.

On dit donc : « Une espèce de camion » et non pas un espèce de camion.

Le truc du jour

Le mot ESPACE a une particularité. Dans la vie de tous les jours, il est masculin. On dit : UN ESPACE trop petit entre les deux, par exemple…

Mais en typographie, quand il désigne l’écartement entre les mots, il devient féminin.
On dit donc : il manque UNE ESPACE entre ces deux mots, dans ta lettre.